Mardi 23 février 2016

 Participants : Paul Bailleul, Yann Gardère, Fabien Hobléa, Laurent Lemaire, Matthieu Thomas, Hélène et Yann Tual, Rémi Wyplata

 TPST : 7h30

 Objectif : sortie "scientifique" de reconnaissance et pré-balisage

          Yann et moi nous retrouvons à l'entrée du FE, après une courte marche d'approche sous la pluie, ce qui nous donne déjà la teneur de la journée...très humide! Après la succession des magnifiques puits, qui valent déjà le détour à eux seuls, nous rejoignons Yann G. et Paul qui partent fouiller les amonts.

         Pendant que les gars discutent, j'avance dans la mauvaise direction mais décide tout de même de continuer pour finir par me retrouver plein vide sur le collecteur. Je rebrousse chemin pour retrouver le passage vers la belle méduse et rejoins Yann T. dans l'actif qui gronde.

         Nous continuons d'avancer jusqu'à l'inexistante plage, où pour traverser le lac, nous avons le choix entre une bouée gonflable et la fitotyro.  N'ayant pas envie de nous gauger tout de suite, nous optons pour la deuxième solution. Yann en galant homme, (enfin, c'est ce que je croyais) me laisse passer en premier, je descends donc (ou remonte, on ne sait pas trop) en bourinant sur les bras! Ce qui lui laisse le loisir de retendre la tyro et de passer plus facilement, malin! On continue sur les abords glissants du lac, et ce qui devait arriver arriva, une belle glissade et plouf dans l'eau glacée... moi qui voulais être au sec, c'est loupé !

         On finit par retrouver Rémy et Matthieu qui sont en pleine séance photo de fistuleuses et nous continuons jusqu'à Fabien et Laurent pour commencer le prébalisage à partir du siphon au bout de la salle. Le prébalisage en question est une simple proposition totalement réversible et/ou modifiable (il s'agit de petits bouts de rubalise posés de façon rapprochée). En explorant cette salle, nous nous mettons dans la peau des premiers découvreurs qui, il y a quarante ans ont dû être complètement émerveillés, subjugués devant la beauté de ce trésor.

         Certaines personnes ont émis l'idée que les flash lights seraient suffisants pour guider les visiteurs dans la salle et qu'un balisage filaire ne serait pas nécessaire. Il faudra en reparler et décider de manière collégiale assez rapidement pour effectuer une commande de matériel.

Nous essayons de trouver le cheminement le plus adapté, qui emprunte les accès les plus faciles et permet de découvrir les sites principaux d'intérêt paysager (cierges, stalactites, stalagmites, fistuleuses, méduses, draperies, perles des cavernes, gours...), y compris une vision en balcon sur le paléo lac terminal sans pour autant prendre pied sur celui-ci. Ainsi, tout est à portée des visiteurs. 

Cependant, même si l'essentiel est effectué, nous tombons en panne de rubalise avant d'avoir terminé, donc nous décidons de poser un beau cairn marquant l'entrée du prébalisage. Il faudra donc continuer de ce point là, jusqu'à la méduse. Ou peut-être simplement aux environs de la méduse?

Il nous semble que le balisage de Fitoja pourrait être posé de manière définitive par un groupe comprenant les découvreurs de la salle (Jacques? Christian?) Si on veut avancer, des équipes peuvent déjà se constituer et se mettre d'accord. Retour groupé vers le lac où je réussis à ne pas glisser, mais ma joie sera de courte durée, c'était sans compter la traversée... Alors que, version kohlanta, tout le monde passe comme il peut la fitotyro, qui poussant sur la corde tendue, qui tractant sur la deuxième corde d'aide, qui chevauchant la tyro façon commando, je décide de tenter la bouée, mais arrivée au milieu du lac, alors que je tente de passer la deuxième corde à Laurent pendu au milieu, la bouée se renverse et je me gauge entièrement pour la seconde fois et saisie par l'eau glacée, je rejoins tant bien que mal la rive. Dommage je commençais tout juste à sécher...

         Nous finissons par une autre séance photo dans l'actif (quel boulot tout ce matériel à installer, mais quand on voit le résultat, on se dit que ça valait le coup! Merci Matthieu!) avant d'entamer la remontée. Trempée que je suis, les passages d'étroiture sous les filets d'eau ne me feront ni chaud ni froid... Mais, si la fameuse étroiture verticale m'a parue facile à la descente, il n'en est pas de même à la remontée et je me heurte encore une fois à ce passage qui me nargue, tout comme Fabien, qui gentiment, me dit que, associant traction et reptation,  Laurent et lui sont passés comme des lettres à la poste... moi je me sens plutôt du genre colis!! Heureusement mon chevalier servant arrive à la rescousse et se laisse piétiner pour que je puisse me hisser. Nous ressortons nous changer sous la pluie fine histoire de terminer en beauté cette sortie aquatique. Mais peu importe, la beauté de cette salle en vaut vraiment la peine !! Dixit les géologues !!

CR : Hélène

Photos : Matthieu Thomas

 

20160223 7364 - Matthieu THOMAS - Karst-3E - FITOJA Light

 

20160223 7388 - Matthieu THOMAS - Karst-3E - FITOJA Light

 

20160223 7402 - Matthieu THOMAS - Karst-3E - FITOJA Light

 

20160223 7420 - Matthieu THOMAS - Karst-3E - FITOJA Light