Samedi 20 septembre 2008

Participants : Etienne Bunoz, Patrick et Sandrine Degouve

La glace a encore fondu au bas du premier puits et l'éboulis est toujours aussi instable. Les plus petits d' entre nous pestent désormais aux déviateurs et les spits sont de plus en plus difficiles à atteindre. Plus bas, un ruisselet nous accueille dans les puits découverts en 2007. Heureusement, au fond la suite semble se situer au niveau d'un méandre fossile. La désobstruction commence aussitôt, il faut dire que le courant d'air glacial n' incite pas à l' oisiveté. Au percuteur et à grand renfort de masse et de burin nous parvenons à forcer un premier passage. Derrière, au bas d' une petite cheminée arrosée, le méandre se dédouble ponctuellement avant de se jeter dans un petit puits sondé à 5 ou 6 mètres. Nous attaquons la désobstruction dans les deux branches. A droite, Patrick attaque le méandre au percuteur, mais sous une abondante gouttière issue de la cheminée. A gauche, Sandrine et Etienne se relaient, la tête en bas, pour dégager le remplissage qui obture une bonne partie du conduit. Il ne manque pas grand-chose, mais ça ne passera pas aujourd'hui. Nous remontons au palier de -120 m pour voir le soupirail que nous avions vu en 2007. Le percuteur permet d' élargir un peu, mais à cours de batterie, il nous reste plus qu 'à entailler le remplissage au sol. Ça passe, mais derrière nous nous arrêtons sur un puits apparemment bouché mais qu' il faudra aussi revoir. Nous ressortons en fin de journée, trempés et couverts d' argile. Affaire à suivre...