• Samedi 2 décembre 2006

Après plusieurs séances au Tambour nous avons envie de changer d'air.

L'hiver tarde à blanchir les sommets. Nous en profitons pour remonter sur le mont Teret afin d'aller revoir le gouffre Marylène exploré par le clan des Eclaireurs de France en 1961 puis par le SC Vizille en 1974. Pendant que Patrick et Sandrine réequipent le gouffre, Etienne, qui s'est fracturé le pouce part en prospection. Il repère pas moins de 6 trous non marqués. Du grain à moudre pour les prochaines sorties. Le puits d'entrée du Marylène est un superbe P.80 qui débute par un énorme méandre de surface. Au bas, on arrive dans un grand méandre tapissé de glace. En amont, celui-ci butte sur une trémie. En aval, les parois se resserrent et se couvrent de glace. Un puits d’une petite dizaine de mètres rejoint une salle occupée par un glacier souterrain. Nouveau ressaut et bouchon de glace à -100 m. Cela ne correspond pas vraiment au croquis publié dans Scialet. Depuis les premières explos, le décor a sans doute bien changé. De toute façon, sans crampons et broches à glace, il est impossible grimper au-dessus du glacier. Apparemment, il n’y a qu’une arrivée de puits, mais dans le doute… Au bas du grand puits, nous faisons une petite escalade qui nous ramène à la base de grands puits eux aussi, tapissés de glace. Un méandre rejoint le puits descendu juste avant.

En remontant le grand puits, un petit pendule rejoint un joli méandre fossile, sans trace. Nous équipons un P14 et descendons 2 ressauts sans suite. L’un d’eux se termine par un passage impénétrable derrière lequel on devine un petit puits de 5 à 6 m. Mais il n’y a pas d’air.

Nous refaisons un brin de topo, mais il y aura sans doute d’autres choses à revoir dans le secteur, notamment la jonction avec le gouffre de l’Estomac tout proche. Affaire à suivre…

Participants : Etienne Bunoz, Patrick et Sandrine Degouve